MEILLEURS HISTOIRES

Grid List

Photo d'Archives

Mrc Joliette

Retour des Sportifs

Les Sportifs de Joliette disputeront une quatrième saison en 2018-2019, leur deuxième dans la Ligue Senior AAA du Québec. En effet, le conseil municipal a adopté une résolution approuvant la convention de bail pour un an. Par contre, ce bail est conditionnel du certificat d’assurance tel que spécifié dans la dite convention.

Fourniture mutuelle de service pour la protection incendie

Les élus municipaux ont entériné une entente intermunicipale avec  la ville de l’Assomption et la municipalité de Rawdon concernant la fourniture mutuelle de services pour la protection incendie.  Les autres villes ou municipalités ayant une entente similaire avec Joliette sont la MRC de d’Autray et de Montcalm, Repentigny, Saint-Charles-Borromée, Saint-Félix-de-Valois, Saint-Jacques, Saint-Sulpice et Sainte-Julienne.

Comité culturel 2019-2021

Puisque le plan d’action 2016-2018 de la politique culturelle tire à sa fin, la ville de Joliette a dévoilé les membres du comité culturel 2019-2021. Son président sera le conseiller Luc Beauséjour.  Les membres de la ville de Joliette seront les conseillers Patrick Bonin et Yves Liard (substitut), François Pépin (directeur-général), Marc-André Derome (directeur du service des Loisirs et de la Culturel), Sylvain Gagnon (directeur du service de l’Aménagement du Territoire), Sonia Hénault (directrice du service des communications) et Marie-Josée Hardy (chef de division culture et vie communautaire). Les membres du milieu culturel sont François Bédard (directeur-général du Festival de Lanaudière), Suzie Charbonneau (directrice-générale de la Bibliothèque Rina-Lasnier), Joanne Dubois (directrice-générale de la Société de Développement du centre-ville de Joliette), Jean-Sébastien Martin (directeur-général du Centre Culturel de Joliette), Catherine Gaudet (agente de développement de Culture Lanaudière), Jacques Houle (artiste en arts visuel et Clerc Saint-Viateur)), Jean Chevrette (photgraphe) ainsi que Joémie Verdon (artiste en musique).

Tournoi de balle de la Fondation de l’Académie Antoine-Manseau

Le parc Saint-Jean-Baptiste sera l’hôte, le 2 juin prochain, du tournoi de balle de la Fondation de l’Académie Antoine-Manseau. Il y aura de l’animation et de la musique. Le conseil municipal a adopté une résolution dans laquelle la ville prêtera du matériel en plus de donner l’accès à l’électricité et au chalet de service du parc Saint-Jean-Baptiste.

Spectacles jeune public

La ville de Joliette a renouvelé sa contribution pour les spectacles jeune public diffusés par le Centre Culturel de Joliette pour les années 2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021. Cela se traduira par un rabais de 50% du coût du billet  applicable aux citoyens de moins de 18 ans sur la présentation de la carte Citoyen.

 

Photo courtoisie

Mrc Joliette

La Ville de Joliette annonce la signature de deux conventions avec ses employés du syndicat des cols bleus et celui des cols blancs. 

Pour les employés de bureau, l’entente couvre une période de 7 ans à partir du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2023. Pour décaler les prochaines périodes de négociation dans le temps, les cols bleus ont pour leur part signé une convention d’une période de 6 ans, allant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2022.

Les deux nouvelles ententes font état d’une indexation salariale de 2,5 %.  

Joliette, cols bleus , cols blancs

Photo Courtoisie

En résumé, il s’agit surtout d’une reconduction de contrat de travail pour les deux parties. Ceci dit, par souci d’équité, d’uniformisation et pour simplifier l’application des contrats de travail, une attention particulière a été apportée quant à l’uniformisation de certains points qualitatifs s’avérant possibles entre les deux conventions en vigueur (bleus et blancs).  

« Je suis heureux des négociations qui se sont déroulées dans un climat ouvert et respectueux. Les bonnes relations entre les parties ont facilité l’atteinte des objectifs communs soit, la qualité du service aux citoyens et le bien-être de nos employés, et ce, dans le respect de notre cadre financier », a confirmé Alain Beaudry, maire de Joliette.  

 

 La Ville s’entend deux fois plutôt qu’une avec ses employés 

Courtoisie

Mrc Joliette

Reconnaissante de leurs efforts en termes de mise en valeur du patrimoine, c’est le 17 avril dernier à l’hôtel de ville que la Ville de Joliette récompensait les grands gagnants de sa deuxième édition des Prix du patrimoine.

Les Prix du patrimoine sont présentés dans le cadre de la politique culturelle de la Ville de Joliette et de son entente de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications. Pour chacune des catégories, les gagnants sont:

Rénovation et restauration: Monsieur Gérard Deschenaux

Conservation, préservation et mise en valeur: Madame Nathalie Lafontaine et Sébastien Angel

Transmission, interprétation, diffusion et porteur de tradition: Madame Marie-Soleil Roy

Coup de cœur du public: Madame Marie-Josée St-Louis et Monsieur Louis Windisch

Pour cette dernière catégorie, rappelons que le public avait été invité à voter pour son coup de cœur en début d’année. Tous les lauréats ont reçu une œuvre trophée réalisée par l’artiste Véronique Louppe ainsi qu’une plaque à apposer sur leur bâtiment (pour les catégories concernant le patrimoine bâti).

La Ville de Joliette tient à féliciter encore une fois les gagnants et les remercie pour l’importance qu’ils accordent aux richesses patrimoniales de la région.

Courtoisie

Mrc Joliette

Devant son projet d’aménagement d’un jardin communautaire qui serait notamment accessible aux personnes à mobilité réduite, la Ville de Joliette invite ses citoyens à une assemblée d’information et de consultation publique le 25 avril à 19 h à l’Arsenal. 

Cette soirée d’information et de consultation a pour but de leur présenter le projet d’aménagement d’un jardin communautaire à l’arrière du 733, rue Richard et de recueillir leurs idées et opinions. Des représentants de la Ville seront également sur place pour répondre aux interrogations. Déjà, les citoyens résidents à proximité de l’éventuel projet ont reçu une invitation. Mais la consultation s’adresse à tous les citoyennes et citoyens de Joliette!

Pour participer, les intéressés peuvent confirmer leur présence auprès du service de l’Aménagement du territoire par téléphone au 450 753-8130 ou par courriel au Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Précisons que l’ajout d’un nouveau jardin communautaire vise à favoriser l’accès à des fruits et légumes frais et locaux pour tous les citoyens de même qu’à faciliter la participation et l’intégration des personnes à mobilité réduite aux activités proposées par la Ville.

Photo Courtoisie

Actualité

Un total de 57 personnes, provenant de la région de Lanaudière, ont reçu la Médaille du Lieutenant-gouverneur du Québec pour l’année 2018.

La cérémonie s’est déroulée le 7 avril dernier, en présence de l’Honorable Michel Doyon, à la salle Julie-Pothier du Collège Esther-Blondin. En tout, 34 personnes du nord de Lanaudière ont reçu une médaille.

Il y avait trois catégories de médailles, soit la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse (couleur bronze), la médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés  (couleur argent) ainsi que la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel (couleur or).

Pour la première catégorie, il faut être âgé de moins de 29 ans, être inscrit dans un établissement d’enseignement secondaire, collégial ou universitaire, public ou privé, ou encore dans un centre de formation professionnelle (relevant d'une commission scolaire) situé au Québec; avoir par son implication démontré un engagement bénévole soutenu au niveau social ou communautaire ou présenté une attitude inspirante, un rayonnement positif dans un groupe ou la communauté en plus d’être en mesure d’atteindre les objectifs de son programme d’études.

Pour ce qui est de la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés, la personne être âgée de 65 ans ou plus et par son engagement bénévole soutenu au niveau social ou communautaire, qui a débuté ou qui s’est poursuivi au-delà de l’âge de 64 ans, a contribué au mieux-être de son milieu ou à l’atteinte de la mission d’un organisme.

Enfin, la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel est remise en reconnaissance des accomplissements exceptionnels d’une personne ou d’un organisme.

Les récipiendaires pour la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse sont Roxanne Bilodeau, Julie-Maude Blais, Philippe Bond, Kloé Brossard, Jacob Caron, Gabriel Jacques, Justin Lalande, Louis-Charles Loyer, Marie-Ève Loyer-Boisjoly, Florent Maiorana, Alexandra Salerno ainsi que Laurence Trahan.

La Médaille du Lieutenant-gouverneur pour les aînés  a été remise à Michel Bourgault (Saint-Paul), Jean-Guy Brien (Joliette), Lisette Catelani (Lavaltrie), Pierrette Desrosiers (Rawdon), Jean-Guy Ducharme (Notre-Dame-des-Prairies), Lillian Evans (Rawdon), Roslyne Fournelle (Saint-Donat), Claude Fournier (Mandeville), Jean-Louis Fréchette (Saint-Charles-Borromée), Lise Gauthier (Saint-Roch-de-l'Achigan), André Hénault (Saint-Charles-Borromée), Florian Joly(Saint-Charles-Borromée), Francine Lanctôt (Saint-Thomas), Gilles Loyer (Notre-Dame-des-Prairies), Robert Marsolais (Saint-Charles-Borromée), Mireille Martin (Joliette), Claude Perreault (Joliette), Armand Perreault (Sainte-Mélanie), Nicole Thiffault (Joliette) ainsi qu'André Turcotte (Notre-Dame-des-Prairies).

Enfin, l’homme d’affaires Alain Chalut (Notre-Dame-des-Prairies) ainsi que Julien Malo (Saint-Félix-de-Valois) ont reçu la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel.

Médaille, Lieutenant-gouverneur, Lanaudière, André Hénault
Photo Courtoisie. L'homme d'affaires Alain Chalut reçoit la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel de l'Honorable Michel Doyon.

Photo Courtoisie

Mrc Joliette

 

 

La MRC de Joliette annonce que de nouveaux billets et de nouvelles cartes mensuelles seront désormais utilisés pour les quatre circuits urbains (anciennement CTJM). Ces nouveaux titres de transport seront en vente dès le 20 avril prochain. Les billets pourront être utilisés dès leur achat et le laissez-passer mensuel dès le mois de mai. Il sera alors impossible de recharger les cartes à puce. Quant aux titres électroniques déjà enregistrés sur les cartes, les usagers auront jusqu’au 30 mai pour les utiliser, car à compter du 1er juin, seuls les nouveaux titres seront acceptés.

 

Les cartes à puces dans les autobus desservant les quatre circuits urbains avaient été implantées en novembre 2012. Malheureusement, force est de constater que, quelques années plus tard, les lecteurs de ces cartes sont devenus difficiles à entretenir, maintenir fonctionnels et en mesure de prélever le titre de transport nécessaire sur les cartes. Il en résulte donc un manque à gagner assez important pour l’organisation, montant que l’on estime à environ 54 000 $ annuellement. 

 

Bien que le service de transport en commun soit un service nécessaire offert à faible coût pour l’utilisateur, il se doit d’être géré de façon optimale puisque ce sont les fonds publics qui en assument le financement. Il est important de comprendre qu’aucune augmentation des tarifs n’accompagne ces changements.

 

« Nous nous sommes assuré que la décision d’utiliser des billets et des cartes mensuelles à usage unique soit la meilleure qui soit, autant pour la MRC que pour les usagers et les contribuables. De plus, nous sommes confiants que ce changement ne représentera aucun désagrément pour l’usager » ajoute Mme Grenier. La vente de ces nouveaux titres sera faite de la même façon qu’avant, aux mêmes ndroits et aux mêmes coûts.

 

De plus, pour faciliter la transition vers la nouvelle méthode de perception des titres, les cartes à puce contenant des billets achetés en livret de 10 pourront être utilisées durant tout le mois de mai. Bien qu’à compter du 1er juin ces cartes ne seront plus acceptées à bord des autobus, les propriétaires de ces cartes pourront se rendre au terminus situé au 930, rue Saint-Louis et demander à remplacer les titres restants sur leur carte par les nouveaux billets, et ce, sans frais. Ce service sera offert jusqu’au 31 août 2018.

 

Les quatre circuits urbains offrent jusqu’à 17 départs la semaine et 12 la fin de semaine. Ils permettent de se déplacer partout sur le territoire de Joliette (circuits #3 et #4) en plus des territoires de Notre-Dame-des-Prairies (circuit # 1) et de Saint-Charles-Borromée (circuit #2). Des correspondances sont offertes en tout temps pour une personne désirant effectuer un voyage desservi par deux trajets différents. Pour plus d’informations visitez le site Internet www.pensebus.com.

circuits urbains, MRC, Joliette, billets
Photo Courtoisie

 

Courtoisie

Sports

La formation des 4 Chevaliers, qui se déplace dans toutes les régions du Québec chaque été, pour affronter différentes équipes, sera de passage à Saint-Esprit le 5 mai prochain à 14h.

À cette occasion, la formation humoristique de softball affrontera l'équipe étoile de softball de la municipalité de Saint-Esprit. L'événement aura lieu au terrain de baseball de la municipalité, situé au 120, Place des Loisirs.

Il ne reste que quelques billets au coût de 5$ en prévente à la Municipalité de Saint-Esprit et à l'Intermarché de Saint-Esprit. 

Notons que les 4 Chevaliers seront de passage encore dans la région de Lanaudière plus tard cet été, soit le 23 août, alors qu'ils seront du côté de Sainte-Béatrix.

Pour plus d'informations, consultez le site internet des 4 chevaliers au www.4chevaliers.com.

 

 

 

 

 

Photo courtoisie

Sports

Le Trad du Cégep à Joliette qui joue au sein de la Ligue collégiale de volleyball mixte (LCVM) a persisté dans ses efforts sportifs pour briguer le championnat de cette ligue pour la deuxième année consécutive lors d’une victoire face aux Rebelles de Sorel-Tracy le 8 avril dernier. 

Le Trad avait pour mission de se classer parmi les 4 premières équipes pour participer aux demi-finales lors du dernier tournoi de la saison qui se tenait au Cégep Gérald-Godin à Montréal.  

Survol du parcours du Trad lors de ce tournoi : 

Victoire contre le Collège Dawson lors d’une demi-finale très féroce. Résultat positif : le Trad l’emporte par la marque de 25-20 et 25-23. 

Retentissante victoire du Trad en finale contre Sorel-Tracy alors que l’équipe a concerté ses efforts pour disposer de la formation de la Montérégie. 

L’équipe de volleyball mixte dirigée de main de maître par Alexandre Robitaille signe non seulement une victoire pour une deuxième année consécutive, mais également une 8e victoire en 9 ans au sein de la ligue intercollégiale n’ayant échappé l’or qu’une fois en 2016. 

Félicitations aux athlètes étudiants et leur entraîneur! 

Photo Guy Latour

Sports

Le Challenge Antoine-Manseau, Triathlon-Duathlon de Joliette, fête cette année son dixième anniversaire d’existence.

L’évènement se déroulera le 3 juin prochain au parc Louis-Querbes et les grandes lignes de cette compétition ont été dévoilées le 17 avril lors d’un point de presse.

D’entrée de jeu, le directeur de course du Challenge, Alain Labarre, était très heureux d’annoncer que la présidence d’honneur de cette dixième édition avait été confiée à l’ex-olympien Marc-Antoine Gagnon.

« Je suis très heureux qu’on ait pensé à moi et c’est un bel honneur. Pour moi, c’est important d’être impliqué dans le sport et d’encourager le monde à bouger et à sortir dehors », a-t-il déclaré.  Rappelons que Marc-Antoine a terminé deux fois au quatrième rang des Jeux Olympiques de Sotchi et de PyeongChang en ski acrobatique.

Épreuves

C’est le club Jet Triathlon qui est derrière l’organisation du Challenge Antoine-Manseau. « Nous tiendrons trois tranches de la série Coupe du Québec) et deux tranches de la série Grand Prix », a expliqué M. Labarre.

Joliette accueillera notamment une des huit étapes présentées à travers la province.  Celles-ci comptent pour les athlètes qui veulent un classement provincial.  Les athlètes doivent faire un minimum de trois courses. Les catégories au programme sont Triathlon U15 et Jeux du Québec (13-15) avec sillonnage (375-10-2,5) en rivière, Triathlon sprint groupe d’âge (750-20-5) et U13 (375-10-2,5) avec sillonnage en rivière.

Pour ce qui est de la classe Grand Prix, qui comporte des bourses minimales de 5000$, le Challenge Antoine-Manseau aura deux catégories soit Triathlon sprint élite (750-20-5) avec sillonnnage et Triathlon sprint junior élite (750-20-5) avec sillonnnage.

Le départ des épreuves débuteront à 7h30 du matin alors que le dernier sera à midi 25. La natation aura lieu dans la rivière l’Assomption pour les triathlons Coupe du Québec, alors que pour les autres, elle se fera à la piscine du Cégep.  Pour ce qui est du vélo, il s’agit d’un aller-retour à partir de la piscine municipale vers l’aréna sur Sainte-Antoine puis sur Base-de-Roc en utilisant le chemin Gai-Roc. La piste cyclable du parc Louis-Querbes accueillera la course à pied.

Parmi les nouveautés, il y aura deux épreuves de courses à pied soit le 2 et le 5 kilomètres Caisse Desjardins de Joliette. Ces évènements vont permettre aux athlètes coureurs de rivaliser (pour le 5 km) avec les duathlètes qui feront la course.  Le 2 kilomètres se veut une initiation à la compétition dans le cadre d’un évènement d’envergure.

Notons enfin que le Challenge Antoine-Manseau servira de sélection de l’équipe Lanaudière en vue des Jeux d’été du Québec qui auront lieu à la fin juillet à Thetdford-Mines.

Inscriptions

L’an dernier, plus de 1002 participants ont pris part aux différentes épreuves. Le comité organisateur a bon espoir d’en accueillir autant pour sa dixième édition.

La période d’inscription est déjà débutée et se terminera le 28 mai prochain. Pour informations : http://www.triathlonjoliette.com/index.php/triathlon-joliette/inscription.

 

 

Courtoisie

Hockey

C’est la question qu’il faut inévitablement se poser suite à l’élimination au deuxième tour, des Voltigeurs de Drummondville, dirigé par le prairiquois Dominique Ducharme, depuis maintenant deux ans.  Ceux-ci se sont inclinés en cinq rencontres face aux Tigres de Victoriaville.

En effet celui-ci a connu beaucoup de succès, non seulement au niveau de la LHJMQ en faisant progresser grandement son équipe depuis son arrivée, mais aussi au niveau canadien, alors qu'Équipe Canada dont il était l’entraîneur-chef, a remporté la médaille d’or au dernier championnat mondial junior en janvier dernier. Questionné par les médias nationaux cette semaine suite à l’élimination de son équipe, celui-ci a été direct. «Oui, je me sens prêt à faire le saut chez les pros…on va voir se qui va se passer dans les prochaines semaines ou prochains mois…on contrôle ce qu’on peut contrôler.» a déclaré celui que tout le monde voit à la barre du Rocket de Laval depuis le congédiement de l’entraîneur-chef Sylvain Lefebvre cette semaine.

Rappelons que Dominique Ducharme a jadis dirigé la formation de L’Action de Joliette au milieu des années 2000 dans la ligue Junior AAA du Québec et qu’il a connu aussi une belle carrière comme joueur.

Photo Courtoisie

Hockey

Quatre joueuses de hockey du nord de Lanaudière, faisant partie des Pionnières midget AA, vivront toute une aventure dans quelques jours.

En effet, grâce à la victoire des Pionnières à la Coupe Dodge (championnat provincial), Mélyna Sylvestre (Saint-Charles Borromée), Ann-Frédéric Naud (Saint-Félix), Anykim Pelletier (Sainte-Mélanie) et Sarah Vanier (Mandeville) participeront à la Coupe Esso, soit le championnat canadien qui aura lieu à Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, dès le 22 avril prochain.

Lors de la Coupe Dodge, Lanaudière (qui regroupe des filles du sud et nord) ont successivement vaincu Laval (8-0), Québec-Chaudière-Appalaches (4-3), les Laurentides (2-1), et le Lac Saint-Louis (4-3).

En demi-finale, les Pionnières l’ont emporté 3-1 contre l’Estrie. Lors du match de la médaille d’or, Lanaudière a arraché un gain de 2 à 1 sur l’Estrie.

Durant la Coupe Dodge, Ann-Frédéric Naud a dominé l’équipe au chapitre des points avec cinq buts et quatre passes en cinq sorties. De son côté, Sarah Vanier a inscrit deux victoires n’allouant qu’un seul but.

De plus, une campagne de financement a été mise sur pied jusqu’au 21 avril afin de soutenir l’équipe et permettre d’offrir aux athlètes des vêtements officiels et articles promotionnels. https://paypal.me/pools/c/83C8nTxNCc.

La finale de la Coupe Esso aura lieu le 21 avril en soirée.

Photo Courtoisie

Hockey

L’équipe des Cyclones de Joliette-Crabtree de la catégorie midget A1 a connu une très belle saison dans la Ligue Rive-Nord.

La formation dirigée par Éric Marchand a tout d’abord terminé quatrième, durant la saison régulière, avec une fiche de 16 victoires, cinq défaites et trois matchs nuls.  Lors de leurs trois tournois, l’équipe s’est inclinée en demi-finale à chaque fois.

En série de fin de saison, les Cyclones ont remporté leurs cinq matchs contre CLL 2, La Plaine, CLL, 1, Berthierville et Terrebonne. En finale, Joliette-Crabtree a remporté un gain facile de 7 à 1.

Lors des championnats régionaux, Joliette-Crabtree a poursuivi sur sa lancée avec six gains, dont un de 3-1 contre Blainville 2, en grande finale. Deux de ces victoires ont été remportées par la gardienne affiliée Mégan Dugas, du midget B, venue en relève Darren Naikelis-Beausejour qui avait été victime d’une commotion cérébrale.

Enfin, les Cyclones ont conclu leur belle saison avec un parcours parfait aux interrégionaux.  En finale, Joliette-Crabtree a inscrit un jeu de 3-0 contre l’Estrie.

Durant cette compétition, les Cyclones ont inscrit 31 buts  contre seulement 12 pour l’adversaire. L’attaque est venue des joueurs comme David-Olivier Asselin, Christophe Champoux, , Nathan Daoust-Laflèche,  Lévy Deschênes,  Émile Dupuis, Loïc Lacharité, Jeffrey Marchand, Isaac Perreault, Shawn Roy, Olivier Ricard. La brigade défensive était composée d’Alex Pelletier, et Simon-Pier Rondeau et Kevin Therrien.

Avec un taux d’opinion favorable de 34% et le plus faible taux d’opinion défavorable (11%), la députée de Joliette, Véronique Hivon, est l’élue la plus populaire et appréciée parmi les 125 député(e)s qui siègent à l’Assemblée nationale, selon les résultats d’un coup de sonde effectué par la firme Léger.

Ces taux lui confèrent un différentiel positif de +23%, ce qui la place au premier rang, devant son collègue de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé (+14%).

Le sondage Web, dont les résultats ont été dévoilés la semaine dernière, a été effectué du 6 avril au 8 avril 2018, auprès de 1 019 Québécois âgé(e)s de 18 ou plus.

 

herelys.blogspot.com

Politique provinciale

Un important projet visant l’amélioration de la sécurité des infrastructures routières sur le chemin Manawan se concrétise pour la communauté Atikamekw de Manawan. Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, M. André Fortin, et le ministre responsable des Affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, sont fiers de confirmer cette nouvelle à la communauté Atikamekw de Manawan.

Le projet routier consistera en la réalisation de travaux de réfection majeurs du chemin Manawan sur surface de gravier entre Saint-Michel-des-Saints et Manawan. Au cours des deux prochaines années, le Ministère procédera aux travaux préparatoires pour le projet de réfection prévu en 2020-2025.

Citations :

« Je suis fier d’annoncer cet engagement du gouvernement qui permettra de bénéficier d’une infrastructure routière sécuritaire et durable, en plus d’améliorer la pérennité des ouvrages avec une structure de chaussée appropriée à ce type de route. Cette importante mise à niveau du chemin Manawan permettra de réduire les zones potentiellement accidentogènes de la route et ainsi d’assurer la sécurité des déplacements sur tout le tronçon. » a déclaré André Fortin, le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports

 « Je me réjouis de l’annonce de mon collègue et de cet engagement du gouvernement du Québec en matière de transport. Améliorer la sécurité des infrastructures routières est d’une grande importance pour la communauté de Manawan. » déclarait avec fierté Mme Lise Thériault, ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation

 « Ces investissements majeurs sont importants pour la communauté autochtone de Manawan, puisqu’il s’agit du seul lien routier pour atteindre cette communauté. En plus d’en permettre l’accès, la route est utilisée par les industries touristiques et forestières. Ce projet a pour objectif, notamment, de rehausser la qualité de roulement de la route, de la maintenir en bon état et de façon continue, tout en contribuant au développement économique de la région. » a soumis M.Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones

« Nous nous réjouissons de l’engagement du gouvernement du Québec concernant les travaux d’amélioration du chemin forestier qui mène à Manawan. Ces travaux sont non seulement essentiels pour assurer la sécurité des utilisateurs, mais également pour briser l’isolement et ouvrir des horizons nouveaux à la jeunesse Atikamekw. Les travaux contribueront notamment à l’intégration de Manawan à la région de Lanaudière, favorisant le développement socioéconomique de la communauté et la formation de nos travailleurs. Nous sommes fiers de voir l’aboutissement de ce dossier que nous jugions prioritaire et pour lequel nous avons mis beaucoup d’efforts »s'est réjoui Jean-Roch Ottawa, le chef du Conseil des Atikamekw de Manawan

 Faits saillants :

 Ces investissements permettront :

 d’améliorer le confort de roulement et de réduire considérablement l’empoussièrement avec une surface de roulement adaptée;

 d’améliorer la gestion des eaux pluviales dans l’emprise avec des aménagements correspondant aux besoins;

d’améliorer la fonctionnalité d’utilisation de la route en toute saison avec des aménagements d’abords de route et de drainage de la route adéquats. 

Le chemin Manawan est une route d’accès aux ressources d’une longueur d’environ 87 km (incluant 5 km à l’intérieur de la réserve), dont la surface de roulement est en gravier, sauf les 8 premiers kilomètres à partir de Saint-Michel-des-Saints, dont la surface est revêtue.

Le Ministère assume la responsabilité de chemins qui donnent accès à la fois aux ressources et aux localités isolées, principalement à des communautés autochtones.

En 2018, le Ministère réalisera des travaux de réparation du platelage de sept structures ainsi que de l’asphaltage à l’approche de cinq structures.

Le Ministère réparera également les chasse-roues et les glissières de sécurité à l’approche de quatre de ces ponts.

La députée de Joliette, vice-cheffe du Parti Québécois et présidente du caucus lanaudois de l’opposition officielle, Véronique Hivon, de même que le député de Berthier, André Villeneuve, ont interpellé la ministre responsable de la région de Lanaudière, Lise Thériault, au sujet de l’iniquité de l’accessibilité aux services pour les citoyens de Lanaudière, iniquité provoquée par le laisser-aller libéral. Les député(e)s Hivon et Villeneuve ont multiplié les questions et exemples, chiffres à l’appui, des désavantages et carences dans les services offerts à la population lanaudoise, mais à leur grande déception, lors de cet exercice de près de deux heures, la ministre n’a fourni aucune réponse ni explication.

« Nous connaissons la recette libérale : trois ans d’austérité, une année de bonbons avant l’élection. C’est cette recette cynique qu’a servie la ministre responsable de Lanaudière aux citoyens de la région. À quelques mois du scrutin et à la veille de l’interpellation d’aujourd’hui, miracle, le gouvernement libéral annonce 19 millions de dollars pour tenter de corriger l’iniquité interrégionale en santé. Pourtant, en trois ans, le gouvernement n’a rien fait, pas un communiqué de presse sur le sujet. Au Parti Québécois, il n’y a pas une semaine qui passe sans que nous dénoncions la situation, notre gouvernement avait d’ailleurs agi mais le retour des libéraux nous a ramenés à la case départ », s’est désolée la députée de Joliette.    

En appui à son propos, la vice-cheffe du Parti Québécois a fait le bilan santé du gouvernement de la région, bilan peu reluisant. « En santé, la région accuse un retard important. Il manque toujours 150 lits à l’hôpital Pierre-Le Gardeur et la ministre n’a pas pu nous dire quand l’agrandissement débutera. Le soutien aux enfants TSA età leur famille est inadéquat considérant la croissance démographique importante dans la région. Les citoyens de la Lanaudière méritent un partenaire qui soit à l’écoute de leurs besoins. Les urgences à Terrebonne ou à Joliette débordent, le taux d’occupation oscille entre 150 et 170% alors que la moyenne nationale se situe à 107%. Il y a 105 personnes qui sont en attente d’un lit en CHSLD et 22 000 personnes sont inscrites au guichet unique, dans l’espoir d’avoir un médecin de famille. Ce sont en outre des centaines de millions de dollars qui ont échappé à Lanaudière pour avoir de meilleurs services », a énuméré Véronique Hivon.

 « La situation des écoles de Lanaudière est également préoccupante et le gouvernement ne semble pas réaliser le déficit en infrastructures scolaires dont la région souffre. Le réinvestissement annoncé par le gouvernement libéral après les dernières années d’austérité n’est pas à la hauteur des besoins. Alors que Lanaudière représente 6% de la population du Québec, nous ne recevrons que 4,7% des budgets. Cela veut dire que les écoles continueront à déborder, que les élèves se retrouveront dans des classes modulaires. Et au triste palmarès des régions où les infrastructures scolaires sont le plus délabrées, Lanaudière se hisse au deuxième rang. C’est déplorable, on parle de nos enfants », s’est pour sa part indigné le député de Berthier, André Villeneuve.

 Brandissant un tableau illustrant ses dires, il a souligné à la ministre Thériault: « En transport, les projets routiers font du surplace, le ministre des Transport avouait le mois dernier qu’il y avait un retard à rattraper pour les infrastructures routières dans Lanaudière, juste avant d’annoncer une réduction des investissements. » Le député a également rappelé que le gouvernement libéral aggrave la situation en coupant la connexion du train de l’Est avec le centre-ville de Montréal. « Les Lanaudois sont victimes du REM », a-t-il dénoncé, soulignant par ailleurs au passage que « les inondations du printemps 2017 ont été une vraie hécatombe pour les producteurs agricoles de Lanaudière. Puisqu’il leur a été impossible de semer à temps à cause des crues, une trentaine d’entreprises familiales sont en difficulté, plusieurs sont même sur le bord de la faillite. La ministre n’avait malheureusement que de la partisannerie à leur offrir plutôt que des solutions concrètes pour leur éviter le pire. »

La députée de Joliette a mis le point final à l’interpellation avec un vibrant cri du cœur pour sa région. « La population de Lanaudière a droit d’avoir les mêmes services et la même équité que les autres citoyens du Québec. C’est son droit le plus strict. Et c’était son droit d’avoir des réponses du gouvernement aujourd’hui. Ce n’est pas ce que nous avons eu, tristement. Le 1er octobre 2018 sera un moment de vérité pour les députés libéraux. Les citoyennes et citoyens auront le choix de continuer avec un gouvernement usé et incompétent qui traite certaines régions comme des régions de seconde classe, ou opter pour le changement que propose le Parti Québécois, un État fort au service des gens de Lanaudière », de conclure Véronique Hivon.

Le 6 avril dernier, le gouvernement libéral annonçait en grande pompe une supposée première politique bioalimentaire résultant de consultations auxquelles les principaux acteurs de l’agroalimentaire du Québec ont participé. « Supposée », puisqu’elle fait plus que s’inspirer de la Politique de souveraineté alimentaire déposée par le gouvernement du Parti Québécois en 2013 et qui fut saluée de toutes parts.

La politique libérale couvre un ensemble de secteurs – la santé publique, l’environnement, l’occupation du territoire et le bien-être animal, entre autres. C’est bien. Par contre, sa mise en œuvre risque de poser problème.

Le ministre annonce des investissements de 349 M$ sur 5 ans, dont 310 M$ seulement d’argent neuf – soit en moyenne 62 M$ par année. Or, depuis leur arrivée au pouvoir, les libéraux ont coupé le budget du MAPAQ d’un montant cumulatif de 836,6 M$, pour une moyenne de 167 M$ par année. Dans les faits, donc, le MAPAQ dispose d’environ 100 M$ de moins par année pour son fonctionnement ET pour la mise en œuvre de la nouvelle politique bioalimentaire. Trouvez l’erreur.

Quatre axes fondamentaux

Par ailleurs, puisque la politique bioalimentaire québécoise doit assurer la pérennité et le développement de l’agriculture au Québec, elle doit s’appuyer sur des fondements solides.

Faire de l’agriculture une priorité

Il est impératif d’élever l’agriculture au rang de priorité, et de lui fournir des moyens conséquents. Il faut reconnaître que l’agriculture contribue au maintien et à l’avancement de notre société, qu’elle a un effet structurant sur l’occupation de notre territoire, qu’elle représente un moteur économique de première importance. Et que grâce à elle, les Québécois peuvent s’alimenter sans dépendre des autres nations.

Appuyer et avantager la relève

On ne peut penser construire une politique bioalimentaire pérenne sans d’abord agir pour la relève agricole. Or, celle-ci a besoin de trois choses pour pouvoir entrer sur le marché et y prospérer : une accessibilité aux terres et au capital, un environnement fiscal compétitif, et une sécurité du revenu adéquate. Ce dernier élément, d’ailleurs, fait cruellement défaut à la politique libérale.

Faire de l’État un partenaire fiable

Comme partout ailleurs dans le monde, les agriculteurs et producteurs québécois ont besoin du soutien indéfectible de leur gouvernement. Et cet appui doit être en mesure de s’adapter aux réalités changeantes du milieu. Le rôle de l’État est de mettre en place un cadre financier stable, crédible et prévisible, qui permette d’atteindre des objectifs identifiés. Malheureusement, sur ce plan, la nouvelle politique gouvernementale ne répond pas aux attentes.

Assurer une pleine collaboration entre tous les acteurs

La synergie, l’action coordonnée, voilà la clé du succès de toute politique. En 2013, pour assurer la réussite de la Politique de souveraineté alimentaire, le gouvernement du Parti Québécois avait créé une table de concertation regroupant les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et le MAPAQ. Une bonne idée qui fut abandonnée par les libéraux à leur retour au pouvoir, en 2014. Certes, la nouvelle politique bioalimentaire insiste sur la participation de tous les intervenants… mais, dans les faits, elle ne prévoit qu’« une rencontre annuelle ». Ce n’est pas sérieux!


Des enjeux majeurs sous le tapis

Plusieurs autres questions ne trouvent pas de réponse satisfaisante dans la nouvelle politique bioalimentaire : circuits courts et fraîcheur des aliments, traçabilité, étiquetage, programme de taxes foncières agricoles, gaspillage alimentaire, OGM... De plus, le gouvernement reste muet à propos du Fonds d’investissement pour la relève agricole, qui a grandement besoin d’être amélioré, et reporte commodément après les élections le problème de la fiscalité agricole. L’enjeu du filet de sécurité des agriculteurs n’avance pas lui non plus, malgré le très pertinent rapport du groupe de travail mené par François Gendron.

Le Parti Québécois veut aller plus loin

Dans sa nouvelle politique, le gouvernement omet d’appliquer un principe pourtant essentiel : celui de la réciprocité. Inscrit dans les règles de l’OMC, ce principe stipule qu’un produit doit respecter les normes de production qui prévalent dans le pays où il est importé. Or, au Québec, les règles de qualité, de protection de l’environnement, de santé publique, de bien-être animal sont très strictes. Évidemment, cela entraîne à la hausse les coûts de production. Il convient donc de mettre en œuvre des moyens musclés pour éliminer toute concurrence déloyale et assurer la sécurité des consommateurs. À ces fins, le Parti Québécois mettra notamment en place une escouade d’inspecteurs consacrée à la surveillance des produits importés.

Par ailleurs, viser les marchés d’exportation, c’est bien, mais retrouver dans nos assiettes davantage de produits québécois, c’est encore mieux. À nos yeux, le gouvernement doit donner l’exemple et acheter plus de produits de chez nous pour que les écoles, hôpitaux, CPE, CHSLD, prisons et autres institutions en servent davantage. Pour ce faire, il suffirait d’appliquer la Stratégie de positionnement des aliments du Québec sur le marché institutionnel, élaborée en 2013 par le gouvernement du Parti Québécois.

Bref, au-delà des intentions, fort louables, la nouvelle politique bioalimentaire ne répond pas aux attentes. Elle n’est pas dotée de moyens suffisants et passe sous silence des enjeux pourtant cruciaux. Au Québec, le secteur agroalimentaire, c’est 500 000 emplois; le Parti Québécois, lui, ne l’oublie pas.

Photo Courtoisie

Politique provinciale

La ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Mme Lise Thériault, est fière d'annoncer, au nom du ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, M. Martin Coiteux, une somme de 774 889 $ pour la région de Lanaudière dans le cadre du Programme d'aide financière pour le soutien à l'organisation des interventions d'urgence hors du réseau routier.

Ainsi, six municipalités régionales de comté (MRC) se partageront les sommes afin d'accroître la protection offerte aux citoyens dans les secteurs non accessibles par le réseau routier au Québec en améliorant la préparation des intervenants de même que la coordination des interventions d'urgence.

Le programme prévoit le versement d'une aide financière en trois volets aux organisations admissibles afin, d'une part, de les aider à concrétiser leurs démarches d'organisation des services d'urgence hors du réseau routier et, d'autre part, d'assurer la disponibilité des équipements de sauvetage nécessaires aux interventions d'urgence sur leur territoire.

« Je me réjouis de la bonification annoncée aujourd'hui dans le cadre du Programme d'aide financière pour le soutien à l'organisation des interventions d'urgence hors du réseau routier. Elle permettra de favoriser une meilleure concertation des divers intervenants qui participent à l'évacuation de blessés hors route », a déclaré le 16 avril,  Lise Thériault, ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation.

« Le territoire du Québec est vaste, et nous voulons assurer la sécurité des citoyens, peu importe où ils se trouvent. La bonification financière de ce programme viendra appuyer les MRC, notamment dans l'achat de matériel et d'équipements ainsi que dans l'organisation de leur travail, leur permettant ainsi d'intervenir plus efficacement », a souligné Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal

Faits saillants :

Le 31 août dernier, le gouvernement du Québec annonçait la mise en place du Programme d'aide financière pour le soutien à l'organisation des interventions d'urgence hors du réseau routier doté d'une enveloppe de 3,6 M$. À la suite de la bonification de 8,9 M$, une enveloppe de 12,5 M$ est réservée à ce programme pour l'ensemble du Québec.

Le Programme d'aide financière pour le soutien à l'organisation des interventions d'urgence hors du réseau routier se décline en 3 volets :

Le volet 1 prévoit que les organisations admissibles peuvent recevoir un montant forfaitaire de 5 000 $ pour les soutenir et pour accélérer leurs démarches d'inventaire, de négociation et de rédaction d'un protocole local d'intervention d'urgence.

Le volet 2 accorde un montant maximal de 25 000 $ pour combler les besoins de base en matériel et en équipements de sauvetage hors route. Si des besoins supplémentaires à ceux de base sont démontrés et justifiés par une MRC, celle-ci pourra bénéficier d'une aide additionnelle pouvant atteindre 75 000 $.

Le volet 3 prévoit un montant maximal de 100 000 $ pour financer des projets spéciaux comme la tenue d'exercices, l'ajout de signalisation ou encore la sensibilisation du public.

Un comité constitué de représentants de l'Union de municipalités du Québec, de la Fédération québécoise des municipalités, de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec, de la Direction du rétablissement et de la Direction des opérations du ministère de la Sécurité publique (MSP) s'est vu confier l'analyse des demandes pour les volets 2 et 3.

Les directions régionales de la sécurité civile et de la sécurité incendie du MSP accompagnent les comités créés au sein des MRC dans leurs démarches d'élaboration et de mise en place de protocoles locaux d'intervention d'urgence.

Lien connexe :

Programme d'aide financière pour le soutien à l'organisation des interventions d'urgence hors du réseau routier : https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/securite-civile/soutien-partenaires/sumi.html

ANNEXE

 

ORGANISATIONS
ADMISSIBLES/MRC

VOLET 1
5 000 $

VOLET 2 
Matériel et
équipements de
base

VOLET 2 
Matériel et
équipements
supplémentaires

VOLET 3 
Projets spéciaux

Total par MRC

 
 

Lanaudière

 

D'Autray

5 000 $

19 772 $

48 557 $

30 698 $

104 027 $

 

Joliette

5 000 $

20 956 $

75 000 $

34 451 $

135 407 $

 

Matawinie

5 000 $

25 000 $

74 386 $

100 000 $

204 386 $

 

Montcalm

5 000 $

25 000 $

75 000 $

100 000 $

205 000 $

 

Total

       

774 889 $

 

Photo Courtoisie

Politique provinciale

Le gouvernement du Québec est fier de contribuer à l'amélioration des infrastructures d'eau de la région de Lanaudière et d'assurer ainsi la pérennité des services publics aux citoyens.

La ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Mme Lise Thériault, annonce une aide financière gouvernementale de plus de 8,3 millions de dollars pour la réalisation de neuf nouveaux projets d'infrastructures d'eau à Berthierville, Joliette, Lavaltrie, L'Épiphanie, Notre‑Dame‑des‑Prairies, Saint-Charles-Borromée, Saint‑Jacques et Sainte-Mélanie.

 « Je suis fière de souligner cette belle collaboration entre le gouvernement du Québec et huit municipalités de la région de Lanaudière. Ces investissements auront des effets bénéfiques sur l'environnement tout en générant des retombées sur le plan économique local et régional. Nous travaillons ensemble pour rehausser les services publics offerts à la communauté et ainsi créer des milieux de vie agréables et prospères », a déclaré par voie de communiqué, le 11 avril, Lise Thériault, ministre responsable de la région de Lanaudière et ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation

« Le gouvernement du Québec investit dans toutes les régions pour assurer leur vitalité et leur développement. Il s'agit d'une priorité qui se traduit notamment par un soutien aux municipalités dans la concrétisation de leurs projets d'infrastructures publiques », a souligné Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal

Faits saillants :

L'aide financière provient du Programme d'infrastructures Québec-Municipalités (PIQM) - volet 1.5 qui permet aux municipalités du Québec de réaliser des travaux de réhabilitation ou de remplacement de conduites d'eau potable et d'égout.

Le Plan québécois des infrastructures 2018-2028 prévoit des investissements de plus de 7 milliards de dollars dans le secteur des infrastructures municipales, sous la responsabilité du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT). En ajoutant les contributions du gouvernement du Canada et des municipalités, ce sont 15 milliards de dollars qui seront investis dans les infrastructures municipales au Québec au cours de cette période.

Liste des projets

Municipalité           Projet                                                                      Contribution gouvernementale

Berthierville              Remplacement de conduites d'eau - rue Vaudreuil                 236 600 $

                             Renouvellement de conduites d'eau - rue de Lévis                 521 600 $

Joliette                   Renouvellement de conduites d'eau - rue Frenette                272 800 $

Lavaltrie                  Renouvellement de conduites d'eau - plusieurs rues             2 902 000 $

L'Épiphanie              Remplacement de conduites d'eau - 5e Avenue                    598 500 $

Notre-Dame-des-Prairies      Renouvellement de conduites d'eau - rues Vanier et Roy        288 000 $

Saint-Charles-Borromée        Remplacement de conduites d'eau - de la rue Deschênes à la rue Mandeville                 102 120 $

Saint-Jacques           Remplacement de conduites d'eau potable - Chemin Val-des-Cèdres et Montée Hamilton           2 459 600 $

Sainte-Mélanie           Remplacement de conduites d'eau - rue Cormier et secteur Carillon     964 075 $       

                                                                                                           Total       8 345 295 $

 

Météo

Berthierville Canada Clear (night), -1 °C
Current Conditions
Sunrise: 5:56 am   |   Sunset: 7:48 pm
86%     22.5 km/h     34.191 atm
Forecast
SAM Low: -1 °C High: 10 °C
DIM Low: -1 °C High: 12 °C
LUN Low: -2 °C High: 17 °C
MAR Low: 1 °C High: 19 °C
MER Low: 5 °C High: 12 °C
JEU Low: 3 °C High: 8 °C
VEN Low: 0 °C High: 16 °C
SAM Low: 5 °C High: 16 °C
DIM Low: 3 °C High: 8 °C
LUN Low: -1 °C High: 11 °C
Assemblée Qc
Advertisement

Top Stories

Grid List

Courtoisie

Faits divers

Mardi le 17 avril, Les policiers de la SQ de la MRC de Montcalm ont été demandés à une résidence du rang Ruisseau St-Jean, en assistance à un organisme, concernant du vol d’électricité. Sur place, 91 plants de cannabis en culture ont été découverts.

Une femme de 64 ans a été arrêtée puis libérée. Un dossier sera soumis au DPCP concernant la production de stupéfiants et la possession en vue de trafic.

Photo Courtoisie

Société

La nouvelle directrice générale d’Action RH souligne le renouveau et la vision d’avenir de la division lanaudoise de l’organisme avec éclat et fierté. Une quarantaine d’invités ont été réunis pour la conférence intitulée L’EFFET WOW! au cours de laquelle madame Fatima El Haïli a exposé les quatre éléments centraux de la réussite qu’elle entend insuffler à Action RH au cours des prochaines années.

La modernité et l’innovation

Fatima El Haili est arrivée en poste comme directrice générale de l’organisme en septembre 2017 après y avoir exercé les fonctions de directrice générale adjointe. Avec elle, arrivent un nouveau logo et un nouveau slogan, VOTRE RÉUSSITE, NOTRE EXPERTISE!, un logo et un slogan concis et percutants. De plus, un nouveau site web, actuellement en phase de conception, sera dévoilé au cours des prochains mois.

Le client

À Action RH, toutes les énergies sont centrées sur le client et son actualisation positive en employabilité. L’équipe se fera un point d’honneur d’être encore plus près de celui-ci, de ses besoins, de sa connaissance du milieu, de ses capacités et de sa reconnaissance. Pour ce faire, les professionnels seront amenés à développer un coaching de proximité.

La formation

Action RH, qui compte un comité-qualité dynamique, entame un important virage en matière de formation continue afin de mieux outiller ses conseillers à dénouer les impasses et à motiver la clientèle.

Les résultats performants

L’organisme vise enfin à obtenir des résultats significatifs. Pour les mesurer, la nouvelle directrice se dotera, en 2018 et 2019, d’indicateurs de réussite aussi rigoureux qu’ambitieux. Ils seront établis en collaboration avec les partenaires et les professionnels.

Action RH est un organisme à but non lucratif en affaires depuis le 3 septembre 1991. Sa mission est d’accompagner les individus dans leur développement professionnel et d’offrir aux entreprises une vision globale en ressources humaines ainsi qu’une solution en recrutement. Action RH est également membre de deux grands réseaux de développement en employabilité au Québec : le Réseau des services spécialisés de main-d’œuvre (RSSMO) et l’Alliance des centres-conseils en emploi (AXTRA).

Photo courtoisie

Jeunesse

Maison et jardins Antoine-Lacombe est heureux de faire partie des lieux de rencontre du Festival Petits bonheurs Nord de Lanaudière organisé par le Centre culturel de Joliette. À cette occasion l’organisme accueille un atelier en arts visuels animé par Annie Durette, pour les enfants de 5 à 7 ans. L’événement a lieu le dimanche 6 mai à 10 h. 

Cet atelier intitulé Une image vaut mille mots se veut une réflexion sur l'art, une proposition de sensibilisation auprès des jeunes à poser un regard approfondi sur le travail d'artiste. Avec une analyse simple et adéquate, l'atelier explique aux enfants la transmission par l'art, langage universel, nos besoins de communiquer, notre quête d'aspirations vers un monde meilleur. Cet atelier propose également une partie pratique afin de permettre aux jeunes de s'exprimer par le biais du dessin. 

 Joliette, Centre culturel, Annie Durette

Photo Courtoisie

L’atelier est animé par l’artiste de Joliette Annie Durette, peintre-illustratrice. Elle partage sa passion et son talent avec des centaines d’enfants en offrant divers ateliers créatifs. 

Les billets, au coût de 5 $ chacun, sont disponibles à Maison et jardins Antoine-Lacombe (450 755-1113) ou en ligne via le site www.antoinelacombe.com. 

Cette activité est organisée dans le cadre de l'exposition La grande Fête d'Annie Durette à voir du 2 mai au 3 juin, du mercredi au dimanche de 13 h à 17 h (vernissage le 6 mai, 13 h)

Évènements à venir

 Sample Banner Home 3 Libre lanauweb
Advertisement