Photo courtoisie

Un vol plutôt inusité est survenu en fin de journée, le 21 mars à Sainte-Julienne.

En effet, peu après 16h00, les policiers de la Sûreté du Québec, du poste de la MRC Matawinie ont été informés qu’un tracteur de déneigement avait été volé sur le 5e rang.

« Le propriétaire du tracteur a informé les policiers après avoir été en mesure de localiser le véhicule à l’aide d’une application mobile dans le secteur de Notre-Dame-de-la-Merci », a expliqué le sergent Marc Tessier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Les policiers se sont rendus sur le chemin de Notre-Dame-de-la-Merci et le véhicule s’y trouvait.

Des expertises seront effectuées sur le véhicule. Aucun suspect pour le moment.

L’enquête se poursuit afin d’identifier le ou les suspects dans ce dossier.

Photo courtoisie

La Sûreté du Québec a fait le point, le 21 mars, concernant la disparition de Mélodie Morin, 16 ans, survenue le 18 janvier dernier.

« Elle aurait été aperçue dans la région de Joliette dans les dernières semaines, mais également, certaines informations nous laissent croire qu’elle pourrait se trouver dans la région de Toronto », a précisé le sergent Marc Tessier, porte-parole de la SQ.

Rappelons sa disparition avait été  rapportée le 18 janvier dernier. Elle avait alors été vue sur la rue Saint-Marc à Joliette.

Les autorités ont des raisons de craindre pour sa santé et sa sécurité.

Description                    

Taille : 1,60 m (5 pi 3 po)

Poids : 59 kg (130 lb)

Cheveux : noirs longs

Yeux : bruns

Particularité : tatouage avec inscription « serenity » sur la clavicule droite et tatouage de papillon à un poignet.

La dernière fois qu’elle a été vue, elle portait un manteau noir avec de la fourrure sur le capuchon et une chemise noire, ainsi qu’un pantalon noir et des bottes noires.

Toute personne qui apercevrait Mélodie Morin est priée de communiquer avec le 911. De plus, toute information pouvant permettre de retrouver cette personne peut être communiquée, confidentiellement, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

 

Photo Guy Latour

 

Deux personnes ont subi des blessures à la suite d’une agression armée survenue dans la nuit du 21 mars à Joliette.

 

Les policiers de la Sûreté du Québec ont été appelés à se rendre dans un établissement licencié de la rue Notre-Dame vers 2h30 du matin. « Une chicane aurait éclaté à l’extérieur de l’établissement entre deux suspects et un client. Un employé aurait tenté d’intervenir pour calmer les esprits. L’employé et le client ont été poignardés à l’arme blanche», a expliqué la sergente Béatrice D’Orsainville, porte-parole de la SQ.

 

L’employé, un homme de 56 ans, et le client, un homme de 37 ans, ont été transportés au CHDL dans un état stable.

 

Pour ce qui est des hommes arrêtés, âgés de 32 et 28 ans, ils ont été arrêtés dans la matinée du 21 mars. Ils sont ont été interrogés par les policiers.

 

Yanick Dumont, 32 ans, de Saint-Charles-Borromée, a comparu en fin d’après-midi au palais de justice de Joliette sous deux chefs d’accusation soit agression armée et voie de fait causant des lésions sur l’employé de l’établissement licencié.

 

La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté. Il reviendra en cour, le 25 mars, pour son enquête caution. D’autres accusations pourraient être déposées à cette date. Pour ce qui est de l’individu de 28 ans, il a été libéré sans qu’aucune accusation ne soit portée contre lui pour l’instant.

 

Un important déploiement policier a été mis en place dans le centre-ville de Joliette. Une partie des rues Lajoie Sud, Notre-Dame et Place Bourget Sud ont été fermées durant quelques heures le temps de terminer l'enquête policière. Des techniciens en scène de crime de la SQ se sont rendus sur place afin de procéder aux expertises nécessaires.

 

 

 

agression armée, Joliette, rue Notre-Dame
Photo Guy Latour

 

Photo d'archives

Le Directeur des Poursuites Criminelles et Pénales (DPCP), a annoncé, en fin de journée, le 18 mars, qu’il ne portera pas d’accusation contre des policiers de la Sûreté du Québec, du poste de la MRC de la Matawinie, le 21 mai 2017 à Rawdon.

« À la suite de son analyse, le DPCP est d'avis que la preuve ne révèle pas la commission d'un acte criminel par les policiers de la SQ impliqués dans cet événement », a souligné le DPCP par voie de communiqué.

Le 21 mai 2017, vers 2 h 35 du matin, un véhicule patrouille de la SQ, MRC de Montcalm, reçoit une demande d'assistance de la SQ, MRC de Matawinie, concernant un homme suicidaire. Quelques heures plus tôt,  vers 20 h 00 le 20 mai, les policiers de Saint-Jérôme ont reçu une plainte concernant un homme suicidaire qui aurait également proféré des menaces. Apprenant que l’homme se trouverait possiblement à Rawdon, les informations concernant ce dernier sont transmises à la Sûreté du Québec.

L'auto-patrouille arrive sur les lieux indiqués à 2 h 45, en empruntant la route 348 direction est, et localise le véhicule de l'individu recherché. Celui-ci est en mouvement et tourne pour rejoindre la route 348 en direction ouest.

L'auto-patrouille de la SQ effectue alors un demi-tour pour se placer derrière le véhicule de l'homme. Les policiers à bord actionnent les gyrophares et la sirène, et tentent de rattraper le véhicule. Les policiers informent la répartition de la situation. Ils constatent que le véhicule accélère et franchit un arrêt obligatoire sans s'immobiliser. Ils perdent le véhicule de vue dans une courbe.

En arrivant dans cette même courbe, les agents constatent que le trajet du véhicule s'est terminé dans le fossé près de l'intersection de la route 348 et de la rue Lunga. Il est à ce moment 2 h 48. Les agents se dirigent vers le véhicule et constatent que le conducteur est conscient et blessé. Il est transporté à l'hôpital pour y être traité.

L’homme, qui avait été grièvement blessé, était âgé de 37 ans. Puisqu’un civil avait subi des blessures, le dossier avait été transféré au Bureau des Enquêtes Indépendantes (BEI) qui avait transmis son rapport d’enquête en septembre 2018.

Plus d'articles...