(Photo courtoisie) sur la photo : Caroline Martel, directrice générale de la fondation, Martin Harvey, propriétaire (Joliette, Berthierville et Lavaltrie), Marie-Bernard Lacharité-Mainville, gérante du personnel des restaurants de la famille Harvey, Jessica Harvey, propriétaire (Louiseville et Notre-Dame-des-Prairies), Cédric Harvey, propriétaire (Galeries Joliette, WalMart, Rawdon, Saint-Gabriel-de-Brandon, Saint-Jean-de-Matha, Saint-Félix-de-Valois et Saint-Jacques) et Marc Savage, directeur des succursales participantes

Les restaurants McDonald’s des Galeries Joliette, du Wal-Mart de Joliette, de Saint-Jean-de-Matha, de Rawdon, de Joliette, de Notre-Damedes-Prairies, de Berthierville, de Saint-Gabriel-de-Brandon, de Lavaltrie, de Louiseville, de Saint-Jacques et de Saint-Félix-de-Valois ont amassé des fonds dans le cadre de la 14 e édition du Grand McDon qui avait lieu le mercredi 8 mai dernier.

Par cette activité de financement annuelle, les restaurants participants ont accueilli les dons de la population lanaudoise au profit de la Fondation pour la Santé du Nord de Lanaudière. Cette année, c’est la somme impressionnante de 30 000 $ qui a été versée au fonds dédié à la pédiatrie du Centre hospitalier De Lanaudière (CHDL). Les 12 restaurants McDonald’s participants ont versé un don de 1 $ à la fondation sur chaque sandwich Big Mac®, McCafé® et Joyeux festinMD vendu. Pompiers, ambulanciers, policiers, mascottes et artistes étaient présents dans les différents restaurants de la région afin de rencontrer la population et d’amasser des dons pour les enfants!

Depuis sa création en 1977, le Grand McDon a permis d’amasser plus de 35 millions de dollars pour l’Œuvre des Manoirs Ronald McDonald du Canada, pour les Manoirs Ronald McDonald et pour de nombreux autres organismes de bienfaisance pour enfants partout au Canada. À travers ses 14 éditions au profit de la Fondation pour la Santé du Nord de Lanaudière, celle-ci tient à souligner que ce sont près de 245 000 $ qui lui ont été remis à ce jour. « La fondation est extrêmement fière d’être associée pour une quatorzième année au Grand McDon. Chaque édition permet l’achat d’équipements à la fine pointe de la technologie et spécialisés aux besoins de la jeune clientèle du CHDL. L’argent amassé a un impact réel sur le bien-être des tout-petits et aide à les garder dans la région, près de leurs proches. », souligne Caroline Martel, directrice générale de la fondation. Cette dernière en profite pour remercier encore une fois Martin Harvey, Cédric Harvey et Jessica Harvey, propriétaires des 12 restaurants, pour leur implication et leur volonté d’améliorer les soins et services offerts aux enfants de la région et à leur famille.

Photo courtoisie

En cette saison estivale qui s’amorce, le ministère de la Santé et des Services sociaux tient à rappeler à la population la nécessité de prendre des mesures pour se prémunir contre les piqûres de tiques qui pourraient causer la maladie de Lyme.

Rappelons que la maladie de Lyme est causée par une bactérie qui se transmet par la piqûre d’une tique infectée accrochée plusieurs heures à la peau. Certaines régions du Québec sont particulièrement touchées par la présence de tiques porteuses de la bactérie, notamment le nord et l'ouest de l'Estrie, une grande partie de la Montérégie, le sud-ouest de la région de la Mauricie‑et‑Centre‑du‑Québec et le sud-ouest de l’Outaouais. Toutefois, il est possible d’être exposé à des tiques porteuses de la bactérie presque partout au Québec, d’où l’importance de faire preuve de vigilance.

Le symptôme le plus courant de la maladie de Lyme est une rougeur sur la peau qui cause peu ou pas de douleur ni de démangeaison et qui apparaît généralement entre 3 et 30 jours après la piqûre. Elle apparaît à l'endroit de la piqûre et est présente dans 60 à 80 % des cas d’infection, mais elle n’est pas toujours remarquée. Les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre : il faut surveiller leur apparition, car il est important que la maladie soit détectée et traitée rapidement. Certains symptômes peuvent apparaître dans les semaines ou les mois qui suivent la piqûre.

Faits saillants :    

La meilleure façon de ne pas attraper la maladie de Lyme est de se protéger des piqûres de tiques pendant les activités extérieures. Pour éviter les piqûres :

- marchez de préférence dans les sentiers et évitez les herbes hautes;

- utilisez un chasse-moustiques sur les parties exposées de votre corps, en évitant le visage;

- portez un chapeau, des souliers fermés et des vêtements longs de couleur claire;

- entrez votre chandail dans votre pantalon et le bas de votre pantalon dans vos chaussettes ou vos bottes.

Au retour d’une activité extérieure :

- prenez un bain ou une douche dès que possible et inspectez minutieusement votre corps ou celui de vos enfants;

- examinez vos animaux de compagnie, vos vêtements et votre équipement avant d’entrer dans la maison;

si vous constatez qu’une tique s’est accrochée à votre peau, retirez-la minutieusement dès que possible pour diminuer le risque de transmission de la bactérie. Ce risque est très faible dans les premières 24 heures mais augmente avec la durée d’attachement de la tique à la peau.

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur la maladie de Lyme, ses symptômes ou pour obtenir d’autres conseils, consultez le Québec.ca/lyme.

Photo courtoisie

Les Prix d’excellence du réseau de la santé et des services sociaux 2019 ont été décernés au cours d’une cérémonie qui se déroulait le 31 mai dernier à Québec, en présence de la ministre de la Santé et des Services sociaux, madame Danielle McCann, du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, monsieur Lionel Carmant, et de la ministre responsable des aînés et des proches aidants, madame Marguerite Blais.

Le Centre multiservice des Samares et le CISSS de Lanaudière ont reçu une mention d’honneur dans les grandes catégories réservées aux établissements et aux organismes communautaires, volet « partenariat » pour le projet « Mobilisation Projection À’Venir »

Plus spécifiquement, le projet « Mobilisation Projection À’Venir », est le résultat d’un partenariat entre les équipes cliniques de la Direction des programmes santé mentale et dépendance du CISSS et le Centre multiservice des Samares. Il a pour objectif l’intégration au marché du travail de personnes de 16 ans et plus de la région, vivant avec une problématique de santé mentale, qui se sont éloignées du marché du travail ou des études et qui veulent s’engager concrètement dans un projet de réinsertion socioprofessionnelle. À travers ce programme, la personne est amenée à élaborer son propre parcours d’intégration socioprofessionnelle en fonction de son projet de vie, à son rythme, et ce, avec un statut d’élève plutôt qu’avec un statut médical.

La première cohorte a débuté en janvier 2017, et nous offrons depuis ce programme d’insertion socioprofessionnelle à quatre cohortes d’élèves par année : deux cohortes au Centre de formation de l’Envol à Joliette et deux cohortes au Centre de formation de Rawdon.

Félicitations pour le travail accompli, cette mention d’honneur est une grande fierté!

 

Photo courtoisie

La première édition du Colloque de simulation en santé, qui avait lieu au Cégep à Joliette en mai dernier, a connu un franc succès. En effet, 188 participants ont assisté aux différentes conférences offertes sous le thème Santé, innover, se surpasser, exceller.

Au total, 39 conférences liées au domaine de la santé ont été présentées et 13 exposants de mannequins ou de matériels de simulation étaient présents tout au long du colloque. L’organisation de cet événement est une initiative d’Audrey Héroux et Mélanie Mainville, enseignantes dans le programme d’études Soins infirmiers. « La tenue d’un colloque de simulation en santé est une première au Québec! Le taux de participation et les éloges reçus de la part des participants témoignent l’appréciation de l’événement, qui venait combler un véritable besoin dans le domaine de la santé » souligne Audrey Héroux.

« Le moment fort du colloque a certainement été la simulation d’un accident de voiture commis par un conducteur en état d’ébriété. Cette simulation, qui a débuté dans le stationnement du Cégep, a mis en scène deux blessés, deux ambulanciers et deux agents de police venus arrêter le conducteur responsable de l’accident. L’exercice s’est poursuivi à l’intérieur des murs du collège alors qu’un chirurgien a simulé l’installation d’un drain thoracique à un des blessés » ajoute Madame Héroux. 

Rappelons que le colloque poursuivait trois objectifs, soit de développer la pédagogie en simulation dans le domaine de la santé, de démontrer les possibilités d’intervenir en interdisciplinarité, ainsi que d’actualiser les connaissances des participants à propos de la recherche en simulation.

Devant le succès qu’a connu le colloque, une deuxième édition aura lieu les 28 et 29 mai 2020 au Cégep à Joliette. Pour plus d’informations : https://colloquesims.com/.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit d'abonnement par e-mail pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles.